De la blanche à la noire


 

(d’après le tableau de F. E Vallotton « La femme blanche et la noire », 1913).

 

C’est la chanson – de quelques notes distinctes, longues  ou courtes – qui traverse l’air comme un boa bosselé, celle qui atteint le bleu jusqu’à son engourdissement alors que les corps se penchent et que la canne rompt tout à coup. Dans ma case toute resserrée et près de toi, ce sont deux mondes qui ne fondent pas comme le sucre à venir. Il en faut du souffle pour raser les terres. Le tien est bien plus facile pendant que tu dors et que je veille à ta blancheur, à ton sexe par où je voudrais passer et qui se ferme comme une lèvre noire. Par où, par où pourrais-je aller pour trouver ton noir de sommeil, celui qui persiste dans mon esprit et qui te retournerait comme un gant dont les doigts seraient à l’œuvre rouge pendant que je t’observerais. Ce n’est pas mon Dieu qui t’a peinte ou alors était-il aveugle. Pourquoi donc est-ce la lumière qui te découvre et pourquoi est-ce avec elle que je te trouve ainsi abandonnée, laide dans le blanc — mais le blanc peut-il être aveugle si je ferme les yeux. J’en voudrais au peintre, avec les mots de colère du contremaître ou de nos tambours sombres. J’en voudrais à ceux pour lesquels la peau du tableau est aussi réelle que de rester ainsi, comme moi, à observer le silence de cette couleur qui, comme la mienne, n’en est pas une.

Honte


Nous courons nous cacher
tant nous sommes imparfaits.

 

Entre les lacets de nos chaussures
le cuir aux yeux noirs ondule et

la honte vient l’ourler. Claque et bout
ne reflètent pas le monde, ou alors

n’est-il que la boue où l’on piétine.
Les yeux fixés vers le bas, repliés sur nous

faute de ne pouvoir être plus petits,
nous sommes de ce visage intérieur

les grains de laideur.

Gelée rouge, n°2

Août 2013 : parution du second numéro de Séverine Castelant, sur le thème de l'instant.

Sommaire copieux : ici





Citerne

Il y a peut-être dans le silence

la goutte d'une chute régulière,

de celle de l'horloge invisible

qui ne compte et ne résonne

que dans la citerne

touchée par la transparence



Vocatif, la revue...

Le dernier numéro niçois (le 22)  paraissait au printemps 1993. Vingt ans plus tard, la revue renaît de ses cendres, sous la direction de Monique Marta.

Pour l'été 2013, les textes choisis sont de : Anne Bernasconi, Julien Combes, Roland Dauxois, Rémy Demarquet, Patrick Devaux, Fabrice Farre, Danièle Faugeras, Monique Marta, Mistophorie, Alan Pelhon, Sylvie Salzmann, Federica Sciandivasci, Paul Steiger et Jérôme Villedieu.
 
Découvrir VOCATIF :  c'est par ICI.
 
 

Les carnets d'Eucharis, n°38

Avec les dramagraphies de Michel Lagarde et les photographies  de Nathalie Riera.

Noémie Parant, Dante Alighieri, Michael Palmer, Etienne Faure (Champ Vallon), Mathilde Roux (Publie.net), Silvia Harri (Recours au Poème), Mario Meléndez, Fabrice Farre, Anne-Emmanuelle Fournier et Paul Celan.



 


Lectures et portraits : "L'esprit grec anime les peintures de René Seyssaud", par Claude Darras; Paysages d'été, de Nathalie Riera, par Richard Skryzak; Avant-taire, de Jacques Demarcq, par Tristan Horde; Ce qui, la nuit, d'Emeric de Monteynard, par Nathalie Cousin; Bestiaire minuscule, de Jean-Claude Tardif, par Jean-Marc Couvé.
Numéro spécial avec Jean-Marc Couvé, par Nathalie Riera.
La Revue Arpa, 106-107 (avril 2013).
                                                                  

Souscription à la revue papier n°2.

Bois


Nous rentrions vite
pour l’écouter frôler les cordes
avec ses mains magiques
et le bois de la guitare tout aussi grave.
Nous ne pouvions vivre davantage
dans nos petits corps pris dans la rosace du bois
de la maison, au bas de la rue de l’enfance.

Paysages écrits, n° 16

Par Sanda Voïca et Samuel Dudouit :

Sur le blog de S. Voïca : ICI

Avec Thifaine Rault, France Burghelle Rey, Cécile Odartchenko, Aureline Roy, Laurent Fourcaut, Noémie Parant, Bernard Chevalier, Sohrab Sepehri, Alain Marc, Lydia Padellec, Baptiste Cogitore, Christophe Brégaint, Catherine Pomparat, Fabrice Farre, Samuel Dudouit, Charis Melitas, Anael Chadli, Paolo Pavan, Raymond Penblanc, Gérard Leyzieux, Daniel Leduc, Christiane Anziani, Jean-Claude Tardif, Sanda Voïca, Valéry Poulet, Marina Nicolaev, Vojka Milovanovic, Hourieh Stier et Kieran Wall.