Matière


Il serait possible d’y entrer,
en parcourant la veine jamais éteinte,

franchir la simple contrainte,

gagner au cœur du bois et
se fondre pour ainsi dire ne jamais exister.





Mais tout est insuffisant et l’écart trop grand.