«Ligne», aux éditions La Porte (2016)



















ENCORE

Passer par là demande
que l'on se faufile
entre les murs, tout juste à deux
car le sort n'en accepte pas davantage.
Je prendrais bien ta voix qui ne dit rien
tu garderais le billet dans ta poche
espérant arriver à terme :
dans la cour, puis l'avenue
habitée par la foule.
Nous sommes passés par le chas de l'impasse
afin d'entrer dans la vie une autre fois.


Ligne, aux éditions La Porte, 2016.

Avenues


        Les avenues sont grouillantes, on regarde plus haut pour une architecture régulière. Le journal coûte deux pièces, les mains vives l'ouvrent, pendant la marche. Devant le camion au carrefour où les taxis deviennent jaunes, on mange sur le pouce. Tout près, l'aveugle joue de l'harmonica et ses mots sont d'une poésie expresse.