Ton prénom : Lucia...


Ton prénom : Lucia, frêle insecte au pied
du mur où nous comptions les soleils, dans la langue.
Tes mains scellées n’avaient pas de paume,
au jeu pourtant elles s’ouvraient.
L’orgue sarde du vent blanchissait les toits,
les figuiers sonnaient, en rien barbares, nous
avions trouvé le centre, sans doute l’odeur
du fruit, et l’un ou l’autre touchait enfin
la paroi, sans être vu ni des silhouettes à laine
ni des têtes au travail recourbées dans leur visage.



In Terre à ciel, octobre 2016. 

Feuille, in Osiris n°82

Lien
Dans la feuille ourlée, le vent s'est engouffré, ton nom aussi. La feuille tombe à l'oubli, ses nervures sont des chemins sur elle-même. C'est une joie de quitter la branche, d'être l'oiseau de tous les jours. Survivre est un vol loin des terres comme celui de l'aigrette parvenue à s'extraire des sansouïres.





Rentrer

Je rentre : j’ai fini de sortir
d’accabler mon sort
aux lignes de bus, seuls
méridiens de la perspective.
L’imaginaire mélopée de la radio
traverse ma cuisine, loin
de la ville, loin des murs
dans ce lieu de quelques
centimètres carrés où l’itinérant
reste parfois attentif à ce qui ne se passe pas.