Maintenant

Lien : ICI 

Alors l'après-midi pousse sa crinière
son sabot anéantit les murs de la cour
entre les arbres la forêt sonne creux
le vent pétrit le corps libre.
Un seul hennissement affranchit
la douleur qui bâtit et emprisonne


Posts les plus consultés de ce blog

Feuille

POUPÉE RUSSE ( Encres Vives, mai 2017)

Arpa, n° 118 - décembre 2016